Ton prénom n’est pas le plus original ni le plus beau parmi ceux inscrits sur les petites feuilles de l’arbre de ma famille, sur lesquelles on peut voir par exemple : Alphena, Emerence, Euphrosine, Innocende, Légère ou encore Emiland, Xiste ou même Arête.

Ce n’est pas non plus celui auquel je suis la plus attachée, car là sans aucune hésitation, c’est Albine, un des prénoms de ma fille et celui de ma grand-mère paternelle.

Mais c’est du tien dont je veux parler. Du moins, du tien parmi d’autres ou même du tien et des autres.

Laurier…

Tu es né le 2 novembre 1794 à Gourgé (79) du mariage d’Alexandre POIRAULT et de Louise JOLLY … Mais si ton histoire mérite d’être racontée au même titre que toutes les autres, ce n’est pas cela l’important aujourd’hui. Je t’avoue que la découverte de ton acte de naissance, ou plutôt la recherche de cet acte a provoqué un grand étonnement se transformant au fil des pages du registre d’État Civil en un réel plaisir.

Fenouille … Romarin … Tournesol … Immortelle … Sarrazin … Raisin … Raisine … Balsamine … Réséda … Olive … Ou encore plus simplement Rose, Marguerite, Véronique ou Angélique.

Outre l’aspect « botanique » qu’ils reflètent, ces prénoms procurent un sentiment de voyage dans un monde poétique, chantant, de parfums et de fraîcheur.

Ce prénom, Laurier, est symbolique de la victoire et de la gloire mais je doute que ton père l’ait choisi pour cette simple raison, même si connaître la réelle motivation de ce choix m’est impossible à affirmer. Et pourtant …

Ta naissance est donc déclarée en 1794, plus exactement le 11 Brumaire de l’an 3 de la République. Le calendrier révolutionnaire est entré en vigueur depuis le 15 Ventôse de l’an 2 et simultanément les prêtres sont dessaisis de la tenue des registres. Il n’y figure plus de noms de Saints, plus de fêtes religieuses pour en finir avec les pouvoirs de l’Église, et les fonctionnaires sont tenus de l’utiliser. Dans l’État Civil de la commune de Gourgé, et ce pendant 6 mois, tous les enfants sans exception, sont déclarés avec un prénom issu de ce nouveau calendrier qui se veut vouloir substituer « les réalités de la raison aux visions de l’ignorance ». Parmi ceux donnés cette année là certains sont réellement des prénoms de « rupture », comme le tien Laurier ou bien Fenouille, purement républicains et d’autres plus ambigus, comme Rose, Marguerite ou Véronique par exemple, parce que présents également dans le calendrier Grégorien.

Calendrier républicain (Cliquer pour agrandir)

Ce calendrier et ses prénoms « savoureux » disparaîtra ensuite par la volonté de Napoléon 1er, et sera remplacé par le Grégorien le 1er janvier 1806.

Mais tes parents ont-ils fait ce choix par devoir, comme l’était auparavant celui de choisir le nom d’un Saint ? Par véritable ardeur républicaine ? Pour montrer aux autorités leur engagement dans la toute nouvelle République et se donner ainsi l’apparence de révolutionnaires « bon-teint »? Ou ont-ils fait ce choix par peur des représailles des officiers municipaux ? Ce qui pourrait paraître légitime étant donné la période, celle de la Terreur et de ses exécutions massives.

Mais qu’en est-il de toi ? Ta famille a t’elle réellement utilisé ce prénom ?  Peut-être en as-tu eu un autre lors de ton baptême ? Difficile de savoir…

Ce que je sais par contre, c’est que sur l’acte de ton mariage en 1828 avec Catherine GARNIER, sur celui de l’union de ton frère Toussaint en 1838, et sur celui de ton décès en 1844, tu es prénommé Louis …

Ce qui inévitablement m’interroge aussi : est-ce par attachement au … Roi ?

Sources :

Publicités